5082

Touché par ces paroles, Benvolio alla voir Roméo dès le lendemain. Quelle émotion pour Roméo de le voir arriver ! Jamais encore Benvolio ne lui avait rendu visite dans la maison des Songedété. Depuis des années, il ignorait son père, l’avait pour ainsi dire rayé de son existence. Et soudain, sans crier gare, il débarquait… Roméo n’en crut pas ses yeux !

Ils discutèrent un certain temps sur le pas de la porte. Ils avaient tant de choses à se dire ! Au début, bien sûr, la pudeur empêcha Benvolio d’avouer tout haut les raisons de sa visite et égrena un chapelet de banalités, bêtes à pleurer :
- Tu vas bien ? Boutondor aussi ? Et le petit Auréliano ? A l’école ? Et le jardin ? Tu jardines ? L’herbe est bien verte, ici ! Il a plu, cette nuit ?

Trop heureux de le voir, Roméo répondait par de simples «oui», «non», «très bien merci». Mais son émotion était bien visible.

5091

Enfin, une fois la confiance établie, Roméo put dire ce qu’il avait sur le coeur depuis des années. Benvolio lui en offrait enfin l’occasion.

- Pardonne-moi de t’avoir tant déçu, Benvolio. Et puis, comme tu le sais peut-être déjà, je ne suis pas ton vrai père. J’ai fait ce que j’ai pu pour l’être, mais j’ai échoué. Pardon, Benvolio !
- Si, tu es mon père, assura Benvolio. Tu le seras toujours. C’est moi qui te demande pardon. Je t’ai fait la tête depuis trop longtemps. Je n’aurais pas dû. Au fond, grâce à toi j’ai compris que nous ne sommes que des êtres humains avec leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs faiblesses. Ta faiblesse à toi, c’était les femmes. Ta force, l’amour que tu portais à tes enfants et ton dévouement en tant d’ultra-sim. J’ai eu tort de t’en vouloir si longtemps pour la seule faute que tu as commise avec moi. J’ai manqué d’indulgence, j’ai manqué de cœur. J’ai été trop dur envers toi, comme on l’est toujours à l’adolescence envers ses propres parents. Je te demande pardon pour mon intransigeance. Je t’aime, papa. Je t’aimerai toujours.

5101

On imagine la joie de Roméo en entendant ces paroles. Il me raconta tout au téléphone, les larmes dans la voix : il avait retrouvé son fils.

Cet enfant, je lui en ai fait cadeau, sans regret. Quel plus beau cadeau aurais-je pu faire à Roméo ? A mon frère que j’aime tant ? J’ai bien failli pleurer, moi aussi, en l’écoutant. Pourtant ce n’était pas facile de l’entendre avec Andrea qui courait partout à ce moment-là ! Quelle vitalité, cet enfant ! Il doit tenir ça de sa mère, parce que je n’ai jamais vu Claudio s’agiter à ce point au même âge. Et encore, ce soir-là il était tout seul, l’hacienda était plutôt calme ! C’était encore pire quand Andrea invite ses cousins, Antonino, Orlando, Chiara, et même Isotta, la petite-fille de Juliette, qui a à peu près le même âge, maintenant. Je ne vous dis pas l’animation à la maison quand tout ce petit monde organise des jeux de gendarmes et voleurs. Dire que bientôt notre petite Tosca sera assez grande pour se joindre à eux ! Mamma mia ! Je ne suis pas prêt de faire une sieste tranquillement, moi ! Vous comprenez maintenant pourquoi Juliette et moi avons fini par repartir à Venise !

5111

Aaah… ! Venise ! Sa foule, ses touristes, son carnaval, ses pigeons, ses gondoles, sa tranquillité, quoi ! Quel calme comparé à notre maison toujours pleine de monde et de mouvement ! Et puis alors, à l’hôtel, pas un bruit, pas un cri de nourrisson, pas un biberon traînant par terre, pas un jouet d’enfant dans les escaliers, pas de cavalcades de gendarmes et voleurs dans les couloirs. Que de la moquette moelleuse étouffant les bruits de pas, de la propreté partout, du calme, de l’ordre, une paix royale.

A tel point que je commençe à m’y ennuyer. Mes petits-enfants me manquent déjà. Nous avons promis d’être de retour la semaine prochaine, pour l’anniversaire de Tosca. Clarissa a commandé un gros gâteau et du champagne. Luchino sera là. Puck aussi par la même occasion. Tous les cousins et cousines de Tosca également. La fête, quoi ! D’ailleurs, rien que pour avoir le plaisir de faire la bise à la belle Clarissa, je ne manquerais ça pour rien au monde. A mon âge, c’est un plaisir bien innocent. Je la considére un peu comme ma fille, celle qui rend heureux mon Benvolio. Roméo aussi sera là, bien sûr. Il aidera sa petite-fille à souffler les bougies. Nous serons de nouveau tous réunis.

5121

Aussi Juliette et moi profitons-nous actuellement de nos derniers jours de tête-à-tête. Dix ans après, notre mariage n’a pas pris une ride (contrairement à nous !). J’ai toujours su que je l’aimerais jusqu’à ma mort. J’en suis d’autant plus sûr aujourd’hui. Quand la mort viendra cueillir l’un de nous, l’autre sera là, sans faute. Seule la Faucheuse aura la pouvoir de nous séparer. Pas pour longtemps : je sais que nous nous retrouverons dans l’Autre Monde. Siriana nous y attend déjà, prête à nous accueillir. Claudio, Olivia, Patrizio et Isabella, mes parents et grands-parents, nous y accueilleront également.

5131

Peut-être même y verrons-nous le vieux Consort ! Mais aussi Miranda et Desdémona, les cousines de Juliette. Ainsi qu’Obéron et Titania, mes vieux amis. Quel plaisir ce sera pour nous tous d’être de nouveau réunis… Qui sait ? Nos ancêtres Capuleti et Montecchi sont peut-être enfin réconciliés, Là-Haut, après nous avoir vus nous aimer et nous déchirer, nous, leurs descendants. Peut-être nous attendent-ils avec impatience pour nous dire combien ils sont soulagés que nous ayons su éviter de nouveaux drames. Je n’espère qu’une chose : ne pas y retrouver Tybalt.

Quoique… même avec lui, je serai indulgent. Pourquoi ne le serais-je pas ? Comme l’ont si bien dit Roméo, puis Benvolio, nous ne sommes que des êtres humains avec nos qualités et nos défauts. Nous aimer les uns les autres est notre seul devoir. C’est ce que j’ai toujours fait. Je n’ai rien à regretter.


 

sans_titre_12

Vous pouvez laisser un commentaire dans le livre d'or, si vous le souhaitez.
Je l'ajouterai à la liste de ceux qui s'y trouvent déjà.

Page suivante, vous trouverez quelques noms de sites de fans où j'ai puisé les téléchargements de cette histoire.

Rendez-vous dans "Véronaville, la vie continue" (lien colonne de gauche), pour suivre les aventures
des descendants nés dans cet épilogue : Isotta, Tonino, Chiara, Tosca et les autres....
qui bien sûr donneront des nouvelles de leurs parents, et grands-parents !
Vous pensez bien que je ne pouvais quitter si facilement ces sims-là après pareille aventure !

- Phinealili -